FAQ – Ni discrimination, ni privilège

 

Il ne faut offrir aucun privilège ou aucune discrimination à l’étudiant en situation de handicap. Cet étudiant, pour pallier ses limitations fonctionnelles, doit avoir recours à certaines mesures adaptées. Ces mesures feront en sorte de le mettre au même niveau que tous les autres étudiants.

 

Accorder une mesure adaptée à l’étudiant

Un étudiant ayant une déficience motrice au niveau de ses bras peut écrire plus lentement que les autres étudiants qui n’ont pas de handicap. Lors d’une production écrite, si l’étudiant doit se servir des mêmes outils (papier, crayon) et avoir la même période de temps que les autres pour effectuer son examen, il pourrait y avoir discrimination, car aucune mesure n’a été accordée à l’étudiant pour pallier sa limitation fonctionnelle.

La mesure adaptée pour compenser la limitation fonctionnelle de l’étudiant pourrait être l’utilisation d’un ordinateur sans logiciel de correction ou de pouvoir obtenir du temps supplémentaire. Cette ou ces mesures feraient en sorte d’accorder les mêmes chances à cet étudiant qu’au reste du groupe.

Toutefois, un privilège ne peut être accordé à l’étudiant ayant droit à ses mesures adaptées sous prétexte que l’enseignant est mal à l’aise de le faire échouer.

L’étudiant en situation de handicap qui utilise ses mesures adaptées et qui n’atteint pas les compétences requises au cours doit être jugé comme tous les autres étudiants. Il ne doit pas jouir d’un privilège. Ainsi, l’étudiant doit être évalué sans discrimination, ni privilège.

Partant également de ce principe, le Ministère accorde lors de l’épreuve uniforme de langue des mesures adaptées aux étudiants en situation de handicap.

 

Exemple de lecture d’une phrase par un étudiant dyslexique :

« C ec ours s’atta cherasà do terlesétud iantsdesc omp etenc esd e bas eenréda cation de dis sert a tionetenpen séecr itique » (Brazeau-Ward, 2003).

Dans ce cas-ci, l’étudiant pourrait avoir recours à des mesures adaptées comme mettre le texte sur un support audio ou avoir du temps supplémentaire; celui-ci aura possiblement une meilleure compréhension du texte à lire.

 

D’autres exemples :

Voici un lien en anglais contenant quelques activités afin de mieux comprendre ce que vivent les étudiants ayant des difficultés de concentration, de lecture ou d’écriture.
PBS special : Misunderstood Minds – Experiences Firsthand

%d blogueurs aiment cette page :